LE PLAISIR DE CHOISIR !

Comment choisir un télescope

Vous souhaitez découvrir en un seul coup d’œil la profondeur du ciel comme vous ne l’avez jamais vu et apercevoir plusieurs planètes et étoiles, pas de doute il vous faut un télescope. Mais au vu, de la grande quantité de modèles existants, il devient difficile de faire un choix. Votre achat va s’appuyer sur de nombreux critères et paramètres.

Comment choisir le télescope qui sera adapté à vos besoins ?
COMMENT CHOISIR
RECAPITULATIF
COMMENTAIRES
QUESTIONS/RÉPONSES

BIEN CHOISIR UN TÉLESCOPE



Pourquoi un télescope ?


Mieux que des jumelles, le télescope a pour objectif de récupérer de la lumière au maximum. Cette récolte s’opère grâce au diamètre du système oculaire qu’on appelle généralement : Ouverture.

Le système oculaire est constitué de lentilles ou bien de miroirs. Il repose sur le principe suivant, plus la récupération de lumière est bonne et plus l’image fournie sera grossie sans qu’il n’y ait d’incidence sur la qualité. Prenons l’exemple de deux télescopes qui possèdent le même grossissement, il vous faudra alors choisir l’objet ayant le plus grand diamètre car il sera en mesure de répertorier plus de détails sur ce que vous observez.

L’ouverture du tube/diamètre


Lorsque vous achetez un télescope, vous devez savoir que ce n’est pas celui-ci qui grossit ce que vous contemplez. C’est le rôle de l’oculaire que l’on fixe au tube.

C’est un élément important à prendre en compte lors de votre choix. C’est souvent les télescopes qui ont un grand diamètre qui sont les plus difficiles à transporter ou à placer. Vous devez donc réfléchir à l’emplacement auquel vous comptez le mettre. Sachez qu’il existe différents diamètres à utiliser.

Nous vous recommandons un télescope possédant un diamètre de 60 mm si vous êtes totalement novice en la matière ainsi vous pourrez apercevoir la Lune et quelques planètes comme Jupiter et Saturne mais aussi les nombreuses taches solaires.

Si vous êtes une personne souhaitant découvrir les planètes dans leurs moindres détails alors optez pour un télescope dont le diamètre est compris entre 114 et 150 mm.

Un télescope offrant une ouverture de 200 mm vous permettra de jeter un coup d’œil sur les nombreux détails qui composent la galaxie comme par exemple les nébuleuses et différents objets célestes.

Le grossissement


Pour connaître le grossissement d’un télescope, vous devez diviser la longueur focale du tube optique avec la longueur focale de l’oculaire. Si un télescope de 600 mm est accompagné d’un oculaire de 12 mm, cela donnera un grossissement de 50 X, après l’opération suivante : 600/12 = 50.

Pour obtenir le grossissement maximum en mm, il vous suffit de multiplier le diamètre du miroir ou bien de la lentille par 2. Donc avec un diamètre de 120 mm vous pourrez grossir jusqu’à 240 (120*2).

Et pour obtenir le grossissement minimum en mm, il vous suffit tout simplement de diviser par 6 la taille de votre diamètre.

Nous vous conseillons de choisir des oculaires de bonne qualité et plus précisément des oculaires Plössls pour pourvoir bénéficier d’une qualité d’image irréprochable. Ce type d’oculaire peut être utilisé par tous et par toutes que vous soyez débutant ou doué en la matière, ils vous permettront d’échapper et d’éviter les possibles aberrations chromatiques et gênes optiques. Le prix est accessible.

Nous vous déconseillons de choisir des oculaires Kellner dont la matière est en plastique et pas très efficace.

La longueur focale d’un télescope


La longueur focale correspond au parcours que réalise la lumière à partir du miroir ou de la lentille jusqu’au foyer que l’on nomme : Focale. C’est avec une distance focale plus ou moins élevée que le grossissement s’agrandit.
Pour savoir si un télescope est capable de recevoir de la lumière, vous devez vous fier au rapport F/D (Focale/Diamètre).

Au cas où ce rapport est supérieur à 10, cela signifierait que vous pouvez très facilement contempler l’ensemble des planètes proches de notre planète Terre (lumineux).
Par contre, si ce rapport se situe en dessous de 6, cela voudrait dire que vous pourrez observer plus en détail la profondeur du ciel (peu lumineux).

Nous vous recommandons donc d’opter pour un télescope dont le rapport F/D peut être compris entre 6 et 10.


Télescope ObservationRapport F/D
Newton 150/750 Ciel profond 5
Newton 130/900 Planétaire et ciel profond6.9
Newton 200/1000 Ciel profond5


Un télescope au pouvoir de résolution


Bien qu’étrange, le télescope a bel et bien un pouvoir « de résolution » mais qu’est ce que c’est ?
C’est ce qui va permettre au système optique d’instaurer le degré de détail susceptibles d’être perçu à la surface d’un objet de type céleste (cratères de la lune, anneaux de Saturne par exemple).

Le pouvoir de résolution possède une unité de mesure dont l’appellation est la seconde d’arc.
Pour pouvoir calculer le pouvoir de résolution de votre télescope, vous devez encore faire une division, en divisant 120 par le diamètre (en mm) du miroir ou de la lentille.

La taille d’un télescope s’exprime comme ceci : diamètre/focale.
Prenons l’exemple d’un télescope de 114/900, pour obtenir sa résolution, il vous faudra effectuer la division suivante : 120/114 ce qui donne 1,05. Le pouvoir de résolution d’un télescope 114/900 est de 1,05 d’arc.

Afin de profiter d’un pouvoir de résolution de qualité, vous devez éviter les grandes différences de températures qui peuvent engendrer quelques dissipations sur ce pouvoir. Il est donc préférable de pratiquer une observation extérieure.

Plusieurs systèmes optiques


On peut distinguer trois systèmes optiques :
• Télescope Réflecteur
• Télescope Réfracteur/Lunette Astronomique
• Télescope Catadioptrique

L’objectif de ces trois « bêtes » est de pouvoir focaliser la lumière.

Télescope réflecteur


C’est un procédé qui est muni de différents miroirs, il est spécialisé dans l’observation astronomique. C’est le type de télescope le moins coûteux du marché.

Le réflecteur le plus célèbre c’est le télescope de type Newton où les diamètres sont plus imposants que les réfracteurs. Ils vous offriront une excellente qualité d’image digne de quelques lunettes astronomiques. Veillez à ce que l’oculaire se situe sur un côté du tube et qu’il puisse vous offrir une observation plaisante et confortable. Souvent ces modèles ne sont pas très grands ce qui réduit incontestablement les « aléas » du vent.

Un autre type de télescope réflecteur, il s’agit du télescope de type Dobson mais il faut bien avouer que leur coût est très élevé et leur diamètre est énorme.

Pour ce qui est de l’entretien, nous vous conseillons de régulièrement effectuer la collimation de votre engin pour profiter d’une qualité d’image des plus performantes. Et gare à la poussière !

Télescope réfracteur ou lunette astronomique


La lunette astronomique est constituée de lentilles (pas de miroirs) et a pour objectif de renvoyer la lumière. Elle se distingue des autres télescopes car son « physique » est long et fin, de plus elle est munie d’une lentille oculaire ainsi que d’une lentille d’objectif.

Contrairement au télescope où vous ne pouvez que mener une observation du ciel, avec la lunette, une observation terrestre est possible même si elle reste tout de même adaptée à une observation planétaire.
La lunette astronomique coûte extrêmement chère, ce qui peut justifier ce prix élevé, c’est qu’elle offre une qualité d’image exceptionnelle (très haute qualité). L’entretien de cet objet est simple et sans encombre.

De plus, la lunette astronomique est moins sensible à la « pollution lumineuse », ce qui est parfait quand on veut pratiquer une observation astronomique.

Nous vous recommandons d’utiliser un télescope plutôt que la lunette astronomique pour pouvoir observer le ciel dans toute sa profondeur. Vous pouvez néanmoins observer le ciel profond avec une lunette d’astronomie mais il vous faudra par contre un budget très élevé (ou une somme astronomique !).

Télescope catadioptrique


C’est une sorte de mélange entre le télescope et la lunette puisque ce système est muni de lentilles mais aussi de miroirs.
Le télescope Newton Catadioptrique est un modèle Newton sur lequel on a rajouté une lentille afin de pouvoir agrandir la longueur focale. C’est également le moins cher, le plus mobile car on peut le transporter facilement un peu partout et enfin la restitution d’image est satisfaisante.

Pour les télescopes Schmidt, la précision est moins bonne par rapport aux télescopes Maksutov.

Au final, les télescopes Catadioptriques sont très appréciés pour la qualité des images qu’ils restituent, vous pourrez donc vous adonnez à une observation aussi bien du ciel que planétaire.

La monture du télescope


Généralement, lorsque vous choisissez un télescope, il est bien souvent accompagné d’une monture qui lui est propre. La monture est un accessoire très important et qui peut s’avérer très précieux. C’est ce qui va permettre de maintenir efficacement votre télescope.

Voilà les deux principaux types de montures : la monture équatoriale et la monture azimutale :

- La monture équatoriale : est destinée uniquement à une observation astronomique, elle vous permettra de pouvoir suivre le mouvement de la rotation de la Terre. Vous pourrez également identifier plusieurs objets du ciel et leurs différentes coordonnées célestes comme par exemple : Ascension droite = AD, Déclinaison = DEC. Il s’agit d’une monture très simple à utiliser, certains modèles sont composés de flexibles qui faciliteront le contrôle de votre outil en le déplaçant d’une manière terriblement précise.

- La monture azimutale : vous désirez observer le ciel profond ou réaliser une observation terrestre, il vous faut alors une monture azimutale qui a la caractéristique de permettre au tube de bénéficier d’une mobilité à la fois horizontale mais aussi verticale par le biais de flexibles.

Nous vous conseillons d’opter pour une monture équatoriale au cas où vous avez envie de faire de l’astrophotographie.

Quel est votre lieu d’observation ?


Il est primordial de prendre en compte, lors de votre choix, le lieu d’observation car même si vous possédez le meilleur télescope qui existe dans toute la galaxie, vous ne verrez pas grand-chose si les conditions d’observation ne sont pas réunies comme par exemple (trop de vent, ciel pas dégagé, pollution lumineuse, quelques lumières artificielles).

Vous vous situez en plein centre ville d’une grande ville, vous allez avoir beaucoup de mal à contempler la profondeur du ciel c’est pourquoi nous vous recommandons d’aller hors de la ville pour plus de résultats. Par contre, cela ne vous empêchera pas d’observer les planètes du système solaire.

En banlieue, les conditions seront meilleures mais les nébuleuses et autres objets célestes pourront vous échapper. L’idéal c’est d’être situé en campagne afin que la galaxie soit à vous !

Vous êtes un futur astrophotographe ?


L’astrophotographie est une technique qui consiste à prendre en photo plusieurs et différents objets célestes.

Sachez qu’il existe des télescopes pouvant effectuer de l’astrophotographie, vous devez pour cela vous munir d’un adaptateur et d’un appareil photo numérique, une camera ou une webcam. Veillez à ce que votre monture soit équatoriale, votre trépied doit être solide.

Nous vous conseillons également de disposer d’un moteur pour suivre à la loupe un astre pendant une période assez longue. Vos photos seront ainsi de bonne qualité.

Quel budget ?


Vous possédez un budget limité, vous pouvez quand même vous procurer un télescope de qualité avec un bon diamètre. A contrario, vous avez les moyens de vous payer un très bon télescope, sachez que plus le prix d’un télescope est élevé et plus il est perfectionné.

N’hésitez pas à demander de plus amples renseignements auprès de différentes personnes compétentes en la matière afin de vous faire une idée à propos du type de télescope qu’il vous faut.

Si vous venez tout juste de débuter alors ne vous orientez pas tout de suite vers du matériel de très haute qualité et qui coûte cher.

Grâce à cette fiche, vous allez pouvoir avoir la tête dans les étoiles en partant à la conquête de la galaxie et des secrets qui l’entoure.
Bon choix et bonne observation !